L'appareil et le travail des presses à pâtes.

Les presses diffèrent par la conception des distributeurs, le nombre de chambres dans le malaxeur et leur emplacement, le nombre de vis sans fin, la conception des têtes de pressage, la forme des matrices et le lieu d'évacuation.

Les principaux types de distributeurs: farine - à vis, à bande et à rotor; eaux - rotor, piston et rotor-scoop.

En fonction de la durée du malaxage et du lieu d'évacuation, les pétrins des presses peuvent avoir une, deux ou trois chambres installées successivement.

Selon leurs performances, une, deux ou quatre vis sans fin peuvent être installées dans les presses et, en fonction de la destination, un tube peut être installé (pour les matrices rectangulaires) ou une tête (pour les matrices rondes).

Appuyez sur LPL-2M. Le schéma de la presse à pâtes LPL-2M est illustré à la Fig. 4.1. La presse comprend les composants principaux suivants: un doseur, un malaxeur, une unité d’entraînement, un corps de pressage, une tête de pressage, une unité de soufflageFig. 4.1. Schéma de la presse LPL 2M macaroni

Fig. 4.1. Presse pour pâtes LPL-2M

roevstva et systèmes de tuyauterie, mécanisme de coupe. Tous les mécanismes énumérés sont fixés sur le châssis de la presse, qui est un châssis soudé sur quatre supports, auquel est également fixée une plate-forme avec une main courante et une échelle pour l’entretien de la presse. Avec une presse, le système de vide est terminé.

Le doseur est situé au-dessus du pétrin et comprend un doseur à vis, un doseur à eau et un entraînement spécial.

Le distributeur de vis a un corps 1 cylindrique avec une trémie d'alimentation 4 et un bac de guidage 2 pour l'entrée

farine dans un pétrin. Un distributeur d’eau à simple cage est installé à l’intérieur du boîtier. Il s’agit d’un réservoir 10, à l’intérieur duquel une turbine avec des poches 11 tourne sur un arbre creux. Lorsque la roue tourne, chaque poche reçoit une certaine quantité d’eau qui, lorsqu’elle tourne, déborde des trous longitudinaux de l’arbre creux 12 et se déverse dans le compartiment du réservoir 14. De là, l’eau est acheminée par le tuyau 13 vers le mélangeur à pâte pressée.

L'unité d'entraînement spéciale fonctionne comme suit. La rotation de l'entraînement du moteur électrique 5 est transmise via une transmission à courroie trapézoïdale à l'arbre d'entrée du réducteur à vis sans fin, qui comporte deux arbres de sortie, dont l'un (creux) imprime un mouvement de rotation continu au rotor de dosage d'eau. Le deuxième arbre est équipé d'une roue à rochet 6. Sur la roue à vis sans fin, deux leviers 8 à double bras sont fixés aux essieux, un bras de levier est appuyé contre le ressort et s'engage avec la roue à rochet. Un rouleau se trouve au bout du deuxième épaulement. L'angle de rotation de la vis de dosage est réglé par la poignée 7 reliée à la demi-bague 9. Lorsque les rouleaux se déplacent le long du corps de formage interne de la boîte à engrenages à vis sans fin, les bras des bras s'engagent dans la roue à rochet et font tourner la tige de la vis. Lorsque les rouleaux sont roulés sur le demi-anneau, les bras des bras se détachent de la roue à rochet et la vis sans fin ne tourne pas. La fréquence de la vis sans fin de dosage de la farine est réglable dans 0 ... 24 min-1.

La vitesse de rotation de l’arbre de dosage de l’eau est 36 min.-1. La quantité d'eau entrant dans le malaxeur dépend de son niveau dans le réservoir. Le contrôle de niveau se présente sous la forme d'un cylindre creux avec un trou dans le côté. En tournant le cylindre, le trou est situé à un certain niveau, qui est le niveau d'eau dans le réservoir. L’excès d’eau par le trou du cylindre pénètre dans le drain.

La machine à pétrir est une cuve 15 à une chambre d'une longueur de 1500 en tôle d'acier inoxydable. À l’intérieur, sont installés: arbre 77 d’un diamètre de 60 mm sur lequel sont fixés des éléments de travail dans un ordre déterminé, couteau 21 pour le nettoyage du fond de la chambre de la pâte collante; onze doigts 18 et cinq palettes 16 pour fournir le niveau de pâte nécessaire dans la chambre, son traitement et son déplacement dans la chambre; Poussoir 24 pour assurer l’entrée de la pâte dans le dossier de presse.

Les couteaux sur l’arbre du malaxeur sont réglés à un certain angle, qui est sélectionné au début de la presse. L'angle d'inclinaison optimal du plan des deux premières pales (en fonction du remplissage de l'auge) par rapport à l'axe de la tige est 60 °, le suivant - 40 °

La quantité de pâte provenant de la chambre de malaxage dans la presse est réglée à l'aide de l'amortisseur 25, qui est déplacé à l'aide de la vis avec le volant 26.

Le malaxeur est fermé avec un couvercle en treillis en 19 emboîté dans l’embrayage à came de l’arbre de la machine. Le couvercle ne peut être ouvert qu'après avoir éteint le moteur ou déconnecté l'accouplement.

La rotation de l’arbre du malaxeur est réalisée par le moteur électrique 20 avec une vitesse de rotation de 1450 min.-1, Transmission par courroie trapézoïdale, engrenage droit à trois étages. Le malaxeur de la machine à pétrir est relié à l’arbre de la boîte de vitesses de l’entraînement principal avec un embrayage 22 muni d’une serrure. L'embrayage est constitué d'engrenages, de demi-accouplements et d'un levier avec une tige et un dispositif de retenue (non représenté sur le schéma). Les engrenages sont reliés par une chaîne à double rangée avec un pas de 19,05 mm. Vitesse de l'arbre 82 min-1.

Le corps de pressage 27 est un tube cylindrique avec deux brides aux extrémités. Avec une bride, le boîtier est fixé à la boîte de vitesses de l'entraînement principal, l'autre - à la tête de pression. À l'intérieur du boîtier, il y a une vis de pression 28 à filetage unique, d'une longueur de 1400 mm, diamètre 120 mm, avec un pas de 100 mm et d'un maillon à trois voies 32. Dans la partie médiane de la tarière, il y a un espace dans la lame de la vis dans lequel la rondelle 29 est intégrée, ce qui permet à la pâte de se déplacer le long du canal de trop-plein 30, à partir duquel l'air est aspiré de la pâte qui passe à travers une vanne à vide à l'aide d'une pompe à vide.

Les rainures 33 sont situées axialement sur la surface intérieure du corps de pressage sur toute sa longueur, ce qui réduit le risque de rotation de test lors de la rotation de la fraise à une fréquence de 41 min.-1. Une chemise d'eau soudée 31 est installée dans la partie sortie du boîtier de pressage, à travers laquelle l'eau du robinet circule pour refroidir le logement de pressage.

La tête de pressage 36 est conçue pour installer une matrice ronde 37 et est une structure en forme de dôme moulé (volume interne jusqu’à 6 dm3). À l'extrémité supérieure de la tête se trouve un trou fermé par une bride 34. Le trou sert à extraire la tarière du corps presseur sans enlever la tête. La jauge 35 est montée sur la tête pour contrôler

Le dispositif 38 pod sert à pré-sécher les pâtes sortant des filières des trous de formage de la filière. L'appareil est composé d'un ventilateur centrifuge avec un moteur électrique d'une puissance de 0,8 kW et d'une vitesse de rotation de 2830 min.-1, un anneau obduvochny avec des ouvertures d’un diamètre de 8 mm pour le passage de l’air sur sa partie interne. Les trous sont situés sur sept rangées de hauteur. La distance entre les trous en hauteur 13,3 mm, horizontalement 40 mm. Soufflage placé sous la matrice. En fonction de la vitesse de pressage, la durée de recherche des produits dans la zone de sablage avec la méthode de coupe en hauteur 5 ... 6 Pendant ce temps, une croûte séchée a le temps de se former à la surface du produit, ce qui empêche le collage des pâtes pendant leur découpe ou leur transport. Le système de tuyauterie est conçu pour l'alimentation et l'évacuation d'eau chaude et froide, ainsi que pour le raccordement du corps de pressage avec une pompe à vide.

Le système de vide de la presse LPL-2M (fig. 4.2), conçu pour extraire l'air de la masse testée et obtenir sa consistance dense, comprend la pompe à vide à deux sections remplie d'eau VVN-1,5, le système de tuyauterie et la vanne à videFig. 4.2

Fig. 4.2. Système de presse à vide LPL-2M.

sur, monté sur le boîtier de la presse. Les composants principaux de la pompe à vide sont le boîtier cylindrique (stator) 2, le séparateur d’eau (récepteur) 4, le moteur électrique entraînant la pompe 18.

Le stator est un corps cylindrique en fonte, aux extrémités duquel se trouvent des lobings - aspiration et injection. Un tuyau 20, abaissé dans le réservoir de récupération d'eau et destiné à alimenter la pompe en eau, est raccordé à la partie inférieure de la tête d'aspiration. L'entrée d'aspiration et le clapet anti-retour 3 se trouvent dans la partie supérieure de la lobovina. Un pipeline 17 est connecté à la tête d’alimentation pour évacuer un mélange d’eau et d’air de la pompe. Au sommet du tuyau d'échappement se trouve un entonnoir 15 avec un robinet pour remplir le carter d'eau avant de commencer les travaux.

La pompe à vide, le moteur électrique et le réservoir de récupération d'eau sont installés sur la fondation ou sur un cadre en métal de sorte que l'eau froide puisse être introduite dans le réservoir et que l'eau chauffée puisse être évacuée dans le tuyau d'égout 7. La vanne à vide est connectée à la pompe à vide via le pipeline 6.

Avant de démarrer le système d'aspiration, l'eau du robinet est versée dans le réservoir collecteur d'eau à un niveau tel que le tuyau de vidange se situe légèrement en dessous du niveau d'eau dans le réservoir. Ensuite, de l'eau est versée dans le corps de pompe à travers l'entonnoir jusqu'au niveau de l'axe de l'arbre du rotor et la vanne 16 est fermée.

Après avoir rempli la pâte dans le logement de la vis sans fin, allumez l’entraînement de la pompe à vide et fermez la vanne 5. Grâce à 4 ... 5 avec après l'avoir allumé progressivement ouvert. La soupape de dépression est installée dans le boîtier de pression au-dessus du canal de dérivation. Dans le boîtier de la vanne à vide 11, il y a une broche 7 d'un diamètre de 25 mm pour nettoyer les tours de la vis sans fin 8 de la pâte collante. Le jeu entre la goupille et la surface extérieure de la tarière est réglé à l'aide du bouton 12, du ressort de polarisation et de l'écrou-raccord 10. Pour l'observation visuelle du fonctionnement de la soupape de dépression dans sa partie terminale, il existe une fenêtre de visualisation 13, recouverte de verre. Dans la partie latérale du boîtier, il existe un raccord 14 pour connecter une pompe à vide, du côté opposé - un raccord 9 pour connecter un vacuomètre.

Travaillez les pâtes comme suit. La farine du silo par gravité afflue en continu dans l'unité de dosage, à partir de laquelle elle est alimentée par une vis rotative dans le bac du malaxeur. En même temps la température de l'eau

60 ° C du distributeur à travers le tuyau pénètre dans le lieu du pétrin, où la farine est alimentée. La consommation d'eau pour la préparation de la pâte, en fonction de la teneur en humidité de la farine, est de 80 ... 90 l / h, pour le refroidissement du corps de pressage - 110 l / h. Pendant le fonctionnement normal de la presse, la pâte doit remplir le 2 / 3 de la capacité de la mangeoire et présenter une légère pente vers la sortie.

Le niveau requis de remplissage du bac avec de la pâte est obtenu en ajustant l'inclinaison du plan des extrémités des couteaux par rapport à l'axe de l'arbre, ce qui projette une certaine partie des morceaux de pâte dans la direction allant de la sortie aux unités de dosage. Il est nécessaire de laisser tomber des morceaux de pâte de taille optimale dans le sens opposé pour assurer une circulation normale de la pâte, ce qui augmente la durée de son séjour dans le bac aux minutes 10, contribue au gonflement du gluten et à un meilleur traitement de la pâte.

Mélangée sous forme de grumeaux et de grains, la masse pâteuse issue du bac du malaxeur traverse le trou situé dans sa partie inférieure dans le corps de pressage. Dans le même temps, en ajustant la taille de la porte de la sortie, vous pouvez modifier la quantité de pâte fournie au corps de pressage et ainsi modifier les performances de la presse.

Dans le cas du pressage, la pâte en mouvement coule autour de la rondelle de la tarière et pénètre dans le canal de dérivation situé dans la partie centrale du pressage. L'air est retiré de la dérivation à travers une vanne à vide. La pression d'air résiduelle dans le boîtier de refoulement est 10 ... 20 kPa. Ensuite, la pâte continue à se déplacer le long du corps presseur, est capturée par les tours de la vis, est injectée dans la tête puis pressée à travers le trou de formage de la filière.

Ajouter un commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée. Обязательные поля помечены *