Presses à pâtes à vis LPS-500 et LPS-1000

Presse LPSH-500. Les nœuds principaux de la presse à macaronis à vis LPS-500 sont un dispositif de dosage, un malaxeur à trois chambres avec entraînement, un boîtier de pressage avec entraînement, une tête de pressage pour une matrice ronde avec un mécanisme de changement de matrice et un souffleur. Tous les noeuds ci-dessus sont montés sur un cadre métallique installé sur quatre supports. Sur la fig. 4.3 est un schéma de cette presse.

La presse est équipée d’un mécanisme de coupe, d’une pompe à vide à anneau d’eau, d’une jauge à vide, d’un manomètre de contrôle du processus, d’un système de tuyauterie avec réservoirs à niveau constant pour eau froide et chaude installés sur 1,5 ... 2 m au dessus du niveau de dosage et d’un système processus. Sa conception est quelque peu différente de celle de la presse précédente et permet un ajustement plus en douceur de l'alimentation en ingrédients du pétrin dans un rapport donné.

Le doseur est situé au-dessus de la chambre supérieure du malaxeur et consiste en un doseur à vis sans fin et un doseur rotatif à eau, combinés sur le même demi-arbre.

Le doseur de farine a un corps en 12, à l’intérieur duquel est placée une extrémité d’un arbre creux en 11 d’une longueur de 430 et d’un diamètre de 60 mm. Sur la surface extérieure de l’arbre creux est installé seulFig. 4.3. Schéma de presse de macaronis LPSH 500

Fig. 4.3. Schéma de presse pour macaronis LPS-500

Vis sans fin 13 avec un diamètre de 158 et un pas de 70 mm. Au sommet de l'unité de dosage de la farine, il y a une entrée 14 pour le chargement de la farine, au bas il y a une ouverture 10 pour la sortie de la farine.

Le distributeur rotatif est installé sur le côté opposé du tube creux. Sur le corps du distributeur, il y a deux vannes 17 pour l'alimentation en eau froide et chaude et une turbine 16 avec un profil spécial qui, lors de la rotation, fait tourner l'eau dans les fentes de la tige creuse. La quantité d'eau entrant dans le pétrin est contrôlée en modifiant son niveau dans le réservoir du distributeur en tournant la poignée 79 raccordée à l'arbre ayant la fente 18 et en modifiant la vitesse de rotation de l'arbre creux avec un mécanisme à cliquet identique à celui des presses LPL-2M. L'unité de dosage est entraînée par la transmission par chaîne 75 de l'arbre du malaxeur du malaxeur; la vitesse de rotation du compteur de farine et de la vis doseuse d'eau rotative est réglée dans 0 ... 23 min-1.

La presse à mélanger les pâtes se compose de trois chambres dont les dimensions hors tout sont les suivantes: la première 1400x206x293 mm, la deuxième et la troisième 1400x328x424 mm. La première chambre de pétrissage 8 est située au-dessus des deuxième 44 et troisième 40 et est fermée sur le dessus par un couvercle en treillis 9 avec une serrure. Dans cette chambre, on pétrit la pâte en utilisant des lames de pétrissage 7 montées sur un arbre de pétrissage 6. À travers la fenêtre 5 dans la paroi latérale de la chambre, la pâte est envoyée à l’obturateur à vide 4, qui fournit la pression d’air résiduel nécessaire lors du passage de la pâte aux deuxième et troisième

Le volet à vide 4 est équipé d’un alimentateur rotatif 3 à deux poches d’un volume de 750 cm.3. Le rotor est entraîné depuis l'arbre de la première chambre par l'intermédiaire d'un engrenage. Vitesse de rotation du rotor de la porte du vide 22 min-1

Les deuxième et troisième chambres sont interconnectées en aval par la fenêtre de rechargement 36. À l'intérieur des chambres, ainsi que dans la première, se trouvent des arbres de pétrissage 39 avec des lames et des doigts 38 montés dessus dans un certain ordre.

Les coques 37 des deux caméras sont en verre organique transparent, ce qui permet d’observer le processus. Des agrafes excentriques 35 sont installées pour sceller les couvercles, ceux-ci étant également verrouillés avec le variateur. Les chambres de malaxage sont en tôle d'acier inoxydable d'épaisseur 1 mm avec une surface polie en contact avec le produit.

L'entraînement des trois arbres des chambres de malaxage est effectué à partir du moteur électrique 21 via un système d'entraînement par courroie trapézoïdale, une boîte de vitesses et une transmission par chaîne. Vitesse de rotation de la première caméra 75 min “1, arbres de seconde et troisième chambre - 60 min-1. L'entraînement est déconnecté des arbres de pétrissage au moyen d'un embrayage à came.

Le mélange vapeur-air formé lors du malaxage de la pâte dans les deuxième et troisième chambres 44 est pompé via un filtre 40 spécial à l'aide d'une pompe à vide à anneau d'eau BBH-1. Le filtre est installé dans la paroi d'extrémité de la chambre 1,5 au niveau de la fenêtre d'entrée et se compose d'un corps cylindrique 44 et de deux surfaces filtrantes 46 situées à l'intérieur du corps. Une surface est faite de treillis métallique ondulé, l'autre - de tissu. La première surface permet de nettoyer grossièrement le mélange vapeur-air des petites miettes de pâte, la seconde des particules de farine. Le boîtier du filtre comporte une buse 47 avec une bride pour connecter le filtre au boîtier de la goulotte, une buse pour vacuomètre 45 pour installer la jauge 2 et une buse 48 pour connecter le pipeline à la pompe à vide.

Le corps de pressage est en tube solide Art. 20 longueur 1989 et diamètre 166 mm, aux extrémités desquelles sont installées les brides 24 et 43 pour le montage de la tête de pressage et de la vis de réduction de la vis de pressage. Dans la zone de pression maximale du corps presseur (plus près de la tête) se trouve une chemise de refroidissement 34, réalisée sous la forme d'un cylindre de diamètre 230 mm. Dans la zone opposée au casier de pressage, une fenêtre 41 de dimensions 210 x 100 en mm permet de saisir la pâte à partir du troisième malaxeur du pétrin. Une vis sans fin 42 est installée à l'intérieur du boîtier sous pression.

La tête de pression 25 est en forme de dôme pour une seule matrice circulaire de diamètre 350 mm. Une extrémité de la tête est fixée à la bride 24 du corps de pressage, l’autre est fermée avec le bouchon 22. Un manomètre 23 est fixé à la partie cylindrique de la tête. La tête est équipée d'un mécanisme pour changer la matrice, le mécanisme de coupe

Le changeur de matrice comprend un rail 30 horizontal pour le montage et la réception de matrices, un moteur électrique 33, une transmission à vis sans fin 32 et deux vis de traction 31 reliées à la traverse 29. La magnitude de la traverse et le centrage de la matrice installée sont régulés par deux interrupteurs de fin de course. L'activation du mécanisme de changement de matrice est bloquée par la position des couteaux par rapport au plan inférieur de la matrice: le moteur électrique du mécanisme de changement de matrice ne peut être activé que lorsque les lames sont abaissées à la distance requise. La vitesse de la traversée lors de l'éjection de la matrice

Le système de tuyauterie est composé de quatre lignes: pour l'eau froide et chaude, son évacuation et son entraînement par aspiration.

De l’eau froide est acheminée vers l’unité de dosage pour malaxer la pâte et dans l’enveloppe du boîtier de pressage pour refroidir la pâte, et de l’eau chaude pour l’unité de dosage pour malaxer la pâte. L’excès d’eau non utilisée provient du distributeur, ainsi que de l’eau de la chemise du corps presseur.

Le travail de la presse comme suit. La farine est introduite dans l'unité de dosage de farine, et de l'eau chaude et froide est fournie à l'unité de dosage pour l'eau des réservoirs de niveau constant. La température de l'eau entrant dans la pâte est contrôlée à l'entrée du pétrin et est contrôlée manuellement par deux vannes situées sur le distributeur en modifiant le rapport eau froide et eau chaude. La température de l'eau entrant dans le pétrin est de 55 ... 65 ° C, la consommation d'eau pour le pétrissage de la pâte est de 130 l / h et pour le refroidissement de l'unité de pressage 150 l / h.

La pâte est pétrie dans un malaxeur à trois chambres. Dans la première chambre, un pétrissage intensif de la pâte est effectué pendant 6 ... 8 minutes et alimente celui-ci à travers le joint sous vide dans les deuxième et troisième chambres, qui fonctionnent sous vide. Pression d'air résiduelle pendant l'évacuation 20 ... 30 kPa. La durée totale du processus de pétrissage est d’environ 20 minutes, période pendant laquelle la pâte nécessaire est obtenue jusqu’à obtention d’une couleur lâche et uniforme, sans traces de masse à grain fin d’un diamètre de grosseur égal à 2 ... 6 mm.

À partir de la dernière chambre, la pâte entre dans la chambre à vis, d'où elle est alimentée par une vis dans la tête de pression puis moulée à travers la filière. Il est à noter que deux vitesses de rotation de la vis de pression (17,5 et 23,5 min.-1) vous permettent de modifier ses performances en fonction de la gamme de produits fabriqués.

La pression lors du test de moulage sur des presses de cette conception est de 9..12 MPa.

Afin de préserver la qualité des pâtes et de nettoyer les matrices de formage en production, il est recommandé de remplacer les matrices de pâtes dans l'ordre suivant au cours de la journée:

Installez la bague en acier 28 avec joint en caoutchouc dans le boîtier du mécanisme.

installer la matrice 27 dans le clip et y appliquer une grille de sécurité 26;

en allumant le moteur réversible 33 du mécanisme, amenez la bascule 29 du corps à l'extrême droite;

placez le clip avec la matrice sur la table pour alimenter les matrices et incluez la rotation inverse de l'arbre du moteur; lors du déplacement du joug, le joug avec la matrice prend une position de travail.

Presse LPSH-1000. La presse comprend les composants principaux suivants: un doseur, un silencieux centrifuge, un malaxeur à deux chambres, deux corps de pressage et un tube. Toutes les unités de montage de la presse sont installées sur la plate-forme de service à une hauteur de 3390 mm du sol. Sur la fig. 4.4 est un schéma de la presse à pâtes LPS-1000.

La presse est équipée de deux matrices rectangulaires, d’une pompe à vide à anneau d’eau avec filtre spécial, d’un système de tuyauterie et d’accessoires électriques avec panneau de commande. Le suivi de l’avancement du processus est effectué à l’aide d’ampèremètres, de manomètres et de manomètres.

Le dispositif de dosage (voir fig. 4.4) se présente sous la forme de deux doseurs rotatifs pour farine et eau, équipés chacun d'un entraînement comprenant un moteur électrique et une boîte à vis sans fin. L'unité de dosage de farine 2 est un boîtier avec deux ouvertures pour les buses 4 et 1 dans les parties supérieure et inférieure, à travers lequel la farine entre et sort. Le boîtier contient un profil spécial 3 à rotor à quatre poches.

Le distributeur d'eau est placé parallèlement au distributeur de farine et est un corps rectangulaire 5 sur lequel est installé un tube cylindrique transparent 7. Dans les parties supérieure et inférieure de ses capteurs fortifiés 6, limitant les niveaux supérieurs et inférieurs des eaux entrantes. À l’aide d’un alimentateur rotatif à quatre poches 10, l’eau est dirigée à travers le matériau du conduit vers l’humidificateur à mucus centrifuge 11. Le réglage de la quantité d'eau entrant dans le pétrissage de la pâte est effectué à l'aide de la vanne 8 installée sur le pipeline de matériau.Fig. 4.4. Schéma de presse de macaronis LPSH 1000

Fig. 4.4. Schéma de presse pour macaronis LPS-1000

La conception du doseur assure l'étanchéité nécessaire dans le système lorsque les composants pénètrent dans le pétrin de la presse, ce qui permet de pétrir la pâte à une pression d'air résiduelle d'au moins 7 ... 9 MPa.

Le mucooler centrifuge 11, monté au-dessus de la chambre supérieure du pétrin 20, est un tube cylindrique de longueur 750 mm, ayant deux tuyaux de raccordement 7 et 12 aux extrémités opposées. Une vis sans fin 9 à l’intérieur du tuyau est reliée à une extrémité par un arbre de moteur électrique à l’aide d’un raccord spécial qui permet à la vis de tourner à une fréquence de 900 min.-1. Une telle vitesse de rotation de la vis permet de mélanger des composants dans un court laps de temps.

La presse à mélanger la pâte a deux chambres. La chambre supérieure 20 d'une longueur de 1700 et d'une largeur de 800 mm est en tôle d'acier inoxydable. À l’intérieur de la caméra, deux arbres 17 et 19 sont installés en parallèle sur lesquels sont fixés des pétrins 18. Rotation des arbres avec fréquence 42 min-1 Elle s'effectue à partir d'un entraînement individuel, comprenant un moteur électrique avec transmission à courroie trapézoïdale et un système d'engrenages à denture droite. L'unité d'entraînement fournit un verrou pour éteindre les arbres de pétrissage pendant leur fonctionnement. Sur le dessus, la chambre est fermée par un couvercle de pivot en trois parties en 13 en verre organique qui assure l’étanchéité nécessaire à l’intérieur de la chambre et permet en même temps de surveiller visuellement le processus de pétrissage de la pâte. Dans l'une des parois d'extrémité de la chambre se trouve un trou traversant relié par une buse 22 avec une ouverture dans la seconde chambre inférieure. Cette chambre est située perpendiculairement à la première et est également fermée par un couvercle pivotant en deux parties en 21 en verre organique. Le tuyau 16 raccordé au filtre 14 est fixé au fond de la deuxième chambre à travers lequel le mélange vapeur-air formé lors du malaxage de la pâte est pompé à l'aide d'une pompe à vide. Des manomètres 15 sont installés sur le boîtier du filtre pour surveiller visuellement l'évacuation de la pâte. À l'intérieur de la chambre, un arbre 23 avec des lames, fixées symétriquement et avec un certain angle, est installé, ce qui permet de répartir uniformément la pâte entrante en deux flux dirigés de manière opposée du centre aux trous des corps de pressage.

Rotation de la tige de pétrissage de la deuxième chambre avec une fréquence de 62 min-1 Il est réalisé à partir du moteur électrique avec transfert de klinoremenny et réducteur cylindrique à un étage.

Deux corps de pressage sont installés sous la deuxième chambre sur des côtés opposés et perpendiculairement à l'axe de la tige de pétrissage. Aux points de jonction de la chambre et des logements de la presse, il y a des trous traversants 24 pour l’entrée des flux de test. Le corps de pressage est un tube cylindrique composé en série de deux sections 25 et 27 de longueur 810 et 1170, respectivement, mm. Les sections ont deux brides aux extrémités: deux pour la fixation des sections entre elles et deux extrêmes pour la fixation du carter d'engrenage du dispositif de pressage et du tube. La deuxième section du boîtier de pressage est équipée d’une chemise d’eau 28, qui est un cylindre de diamètre 220 en mm avec deux buses d’alimentation et de drainage de l’eau refroidissant la surface extérieure du carter de pressage dans la zone de plus grande pression. Les gorges 31 situées axialement sont situées le long de sa surface intérieure sur toute la longueur du corps de pressage, ce qui empêche la pâte de tourner contre les parois internes du corps lorsque la vis tourne. Une vis 26 à un filetage avec une longueur de 1955, un diamètre de 140 mm, avec un pas de vis 90 mm est installée à l'intérieur du boîtier, une fixation à trois voies 29 est fixée à l'extrémité de la vis, assurant ainsi un écoulement uniforme du flux de test dans la section de canal.

La rotation de chaque vis avec une fréquence de 21,5 et 31,5 min'1 (en fonction de la gamme produite) est réalisée à partir de deux entraînements individuels, comprenant un moteur électrique avec entraînement par courroie trapézoïdale et une transmission à engrenages hélicoïdaux à deux étages.

Le tube 41 est une structure soudée composée d’un tube 37 d’un diamètre 130 de 2 mm, de deux tubes de raccordement 38 d’un diamètre de 148 mm, d’un collecteur 35 et d’une filière 39. Le collecteur est composé de bagues en bronze 20 de diamètre interne 22 mm, conçues pour répartir uniformément le flux de test sur la longueur des matrices. Le bain d'huile 36 avec des résistances électriques 3,2 kW permettant de chauffer la pâte à court terme pendant la période de démarrage de la presse et le fusible 40 fonctionnant à la pression d'essai 16 MPa sont intégrés au corps du tube. Le contrôle visuel de la pression de moulage est effectué à l'aide de jauges 30 encastrées dans les tuyaux de raccordement.

Deux matrices rectangulaires jusqu’à 955 mm de long sont installées bout à bout à l’aide d’un support de matrice équipé d’un mécanisme pour les changer. Le mécanisme est entraîné par un moteur électrique et deux réducteurs à vis sans fin fixés des deux côtés

Le remplacement des matrices se fait en les poussant avec le rail 32. À cette fin, la nouvelle matrice 34 est installée à une extrémité sur les plans de support du support de matrice 39 situé à l'extrémité de la matrice à remplacer, l'autre extrémité de la matrice reposant sur le rail 32. Après cela, le moteur est mis en marche et les deux engrenages 42, lors de la rotation, communiquent un mouvement en avant aux deux vis 33, qui déplacent le rail fixé avec elles. En même temps, la matrice définie déplace les deux matrices qui se trouvent dans le support de matrice, pousse le premier 43 hors de la chambre et est installée sur la seconde. Le remplacement de la deuxième matrice est similaire.

Ajouter un commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée. Обязательные поля помечены *